La vie de l'abeille au fil des saisons

La vie de l'abeille au fil des saisons

La reine mère

La colonie est dirigée par une une seule abeille : la reine, qui a tout les privilèges. Elle naît dans une cellule plus spacieuse que ses consoeurs, est nourrie spécifiquement et fait l'objet de toutes les attentions, jusqu'au jour où, sexuellement mature, sa vie va totalement changer.

Poussée par son instinct de survie, elle effectue son vol nuptial et se fait féconder lors de ce qu'on appelle "le bal des abeilles", par de multiples messieurs : les faux-bourdons. 

La spermathèque pleine, la reine retourne dans la ruche. 
Quelques jours plus tard , elle pond ses premiers oeufs (entre 1500 et 2000 fécondés par jour), émet ses premiers phéromones royaux et règne sur toute la colonie. 
La reine est très prise par son activité de ponte intensive quotidienne. Elle est toujours escortée de sa cour, représentée par de jeunes abeilles ouvrières, qui subviennent à tous ses besoins. 

Le printemps : un temps à essaimage

Avec le temps, comme tous, la reine vieillit, sa ponte est moins conséquente , ses phéromones moins puissants. Sournoisement, les ouvrières vont construire des nouvelles cellules royales et laisser la reine y pondre de nouvelles larves, pour qu'elle puisse les élever en vue d'en faire une nouvelle reine. 

Dans ce contexte de mutinerie, la reine va alors réunir ses plus fidèles compères ouvrières et quitter la ruche. Elles vont former un grand tourbillon/nuage pour se diriger vers une nouvelle demeure : c'est l'essaimage. C'est à ce moment-là d'ailleurs, que l'apiculteur va cueillir l'essaim. L'essaimage est finalement tout à fait naturel et permet la survie de l'espèce depuis des millions d'années : l'essaim part pour coloniser d'autres secteurs et donc féconder d'autres fleurs, qui donneront encore plus de légumes, de fruits ... Il se produit au printemps. 

La ruche qui a été fortement dépeuplée va rapidement se refaire, de nouvelles ouvrières vont naître, les cellules royales vont donner naissance à plusieurs reines qui vont s'entretuer ou quitter les lieux jusqu'à qu'il n'en reste plus qu'une ! En quelques semaines tout va redevenir pratiquement normal en même temps qu'arrivera l'été. 

 

abeilles sur fleur

 

L'été : la ruche à son apogée 

De mai jusqu'à fin juin, la ruche est à son apogée. Les beaux jours sont là, les fleurs foisonnent, le soleil se lève de plus en plus tôt et se couche plus tard, les ouvrières voient leur caste augmenter quotidiennement, c'est le "coup de feu". On peut voir que l'entrée de la ruche est constamment occupée : les gardiennes, veillent à sécuriser et défendre l'éco-système de la ruche. Les abeilles ne s'arrêtent pas de faire des allers-retours ! 

Quand l'une découvre une magnifique prairie en fleurs, elle s'empresse de prévenir ses copines. Quelques contacts antennaires ou une petite danse des abeilles bien rythmée suffisent pour donner toutes les informations relatives à la localisation et à la quantité du butin. Les butineuses s'empressent alors d'y aller pour s'approvisionner. 

Dans la ruche, c'est l'effervescence. Les nettoyeuses préparent les cellules pour le stockage de la nourriture ou pour la ponte. Les nurses et les nourrices s'occupent du développement harmonieux du couvain. Les servantes sont aux petits-soins pour madame la Reine. Les manutentionnaires transportent et transforment la nourriture apportée par les butineuses. Les bâtisseuses réparent et construisent les alvéoles. Les ventileuses climatisent la ruche (il fait chaud là dedans). 

Et jour après jours, les réserves de nourriture hivernales augmentent. Cette frénésie durera jusqu'à la fin de l'été. 

L'automne : lever le pied 

Au fil des semaines, l'été s'en-va. Les journées se raccourcissent, les réserves florales diminuent, l'intensité des collectes aussi et la reine ressentira ce changement et réduira la ponte

L'automne est là. Quelques végétaux fleurissent mais les journées se font plus fraiches. La collecte devient de plus en plus aléatoire et les dernières abeilles effectuent leur derniers vols. La reine arrêtera la ponte. 

L'hiver : le temps des retrouvailles

Les journées sont brèves, courtes, froides. Les ouvrières agglutinées en grappe à l'interieur de la ruche consomment les réserves accumulées par les abeilles d'été et les transforment en énergie calorique pour maintenir la ruche à une température assez chaude. Ce n'est qu'à ces conditions que la ruche survivra et passera l'hiver. Nous avons d'ailleurs précédemment rédigé un article dédié à l'hivernage, n'hésitez pas à le lire. 

Bien plus tard dans l'année, la température exterieure augmentera degré par degré, les journées seront un peu plus longue, le soleil commencera a être plus chaud, la flore renaitra. La reine sera alors stimulée par les nouvelles rations de nectar et de pollen qu'auront collectés les abeilles. Elle se remettra de plus belle à pondre. 

La fabuleuse histoire de la vie de la ruche au fil des saisons reprendra : les ouvrières assureront les premières naissances des nouvelles ouvrières et puis, devant le devoir accompli, mourront fières d'avoir pérennisé la colonie malgré les assauts maintes fois répétés du Colonel Hiver.